Accueil Les courses L'organisation Galerie photos Les archives Contact et liens

Loïc Fouquet remporte sort vainqueur de ce qui sera finalement la seule course de cette étrange saison.

Autres épreuves

Sougy (Loiret) - 5 et 6 septembre 2020






Résultats :

52 partants, 25 classés.

1. Loïc Fouquet - 2. Nicolas Jousserand - 3. Jérémie Buquet - 4. Jean-Pierre Fouquet - 5. Valentin Cordebar - 6. Julien Réty - 7. Renaud da Silva - 8. Julien Desaché - 9. Nicolas Millot - 10. Tom Groussain - 11. Quentin Petit - 12. Anthony Lalevée - 13. Samuel Chenier - 14. Florian Leroux - 15. Vincent Johanet - 16. Norbert Le Douairon - 17. Laurent Tourscher - 18. Pierre Berthier - 19. Manuel Poitrenaud - 20. Albane Moreau - 21. Alain Berry - 22. James Moreau - 23. Christopher Rouyer (à 1 tour) - 24. Stéphane Mousselin - 25. Alexandre Berrué (à 3 tours).

Le film de la course :

- Vous faisiez quoi en 2020 ?

- Moi ? Je me lavais les mains…

Cette terrible année restera dans toutes les mémoires, mais fort heureusement, l’épreuve de Sougy, la première de la saison malgré l’arrivée prochaine de l’automne, est venue apporter un peu de baume au cœur de la famille  2 CV cross. Cinquante-deux pilotes ont répondu à l’appel de l’Écurie Orléans, organisatrice de la manifestation.

Parmi eux, beaucoup n’ont pris qu’un « titre de participation », autrement dit une licence à la journée, et tant pis si ça ne leur permet pas de marquer des points pour la coupe de France.  Vous avez dit « Coupe de France » ? Disputée sur deux épreuves ? Mais non, le comité directeur du 2 CV cross s’est penché sur ce problème. Il a donc été décidé que 2020 et 2021 ne seraient qu’une seule et même saison de Coupe de France. Petite précision : les pilotes qui auront participé deux fois aux épreuves de Sougy et de Servilly pourront choisir leur meilleur résultat. (*)

En attendant, les cinquante-deux étaient venus pour en découdre, à commencer par les essais chronométrés. C’est Valentin Cordebar qui s’illustre à cet exercice, signant le meilleur temps et précédant la famille Fouquet : deuxième le fils, Loïc, et troisième le papa, Jean-Pierre. Derrière ce trio, on trouve un étonnant Valentin Regnault, tout jeune pilote débutant ! Il est le frère de Quentin et de Laura, tous deux également inscrits au nombre des partants. Et dans la famille Regnault, on s’y connaît pour former des champions.

Puis viennent les manches de qualification, et ça commence mal, avec un accrochage dès le départ ! Valentin Cordebar s’adjuge la première, devant Jérémie Buquet, et Jean-Pierre Fouquet remporte la deuxième, précédant Nicolas Jousserand. Anthony Lalevée était à la peine sur cette manche, perdant des places au fil des tours.

Dans le groupe B, Loïc Fouquet l’emporte sur Alexandre Berrué, puis le petit prodige Valentin Regnault gagne la manche suivante devant Clément Guérin.

Le quart de finale du groupe A est très animé : Pierre Berthier bloqué au premier virage, (il remontera petit à petit), Axel Autissier qui va au talus, Renaud da Silva, champion en titre, victime d’une crevaison… Loin de ces malheurs, Jean-Pierre Fouquet se bagarre avec Jérémie Buquet pour la victoire et finit par l’emporter. Plus loin, Valentin Cordebar qui était parti premier signe la troisième place.

Dans le quart de finale de l’autre groupe, on déplore encore un accrochage au départ. À l’arrivée, c’est Loïc Fouquet qui passe le premier sous le drapeau à damier, devant Valentin Regnault (décidément il en veut le p’tit nouveau).

Les manches de repêchage sont marquées par un tonneau, oeuvre magistrale de Samuel Bureau. Elles sont remportées par Nicolas Jousserand, Manuel Poitrenaud (après une belle bagarre avec Tom Groussain et Quentin Petit), Julien Réty et Samuel Chenier.

Une course réservée aux femmes-pilotes est ensuite organisée. Albane Moreau, victime d’une crevaison, ne pourra y défendre ses chances, et la manche est remportée par Amandine Sailly devant Laura Regnault et Marie Thiault.

Beau spectacle pour la demi-finale du groupe A : Tom Groussain lutte au coude à coude avec Anthony Lalevée, Pierre Berthier et Renaud da Silva remontent leur handicap au fil des tours, Christian Beaujean se met sur le côté (bof ! Même pas cap de faire un tonneau complet !), et Jérémie Buquet l’emporte en doublant Jean-Pierre Fouquet pendant le dernier tour.

La demi-finale du groupe B est remportée par Loïc Fouquet devant Julien Réty, mais elle est également marquée par l’abandon de Valentin Regnault, victime d’un bris de direction. Et là, c’est vraiment dommage…

Valentin prendra part à la course consolante, tout comme sa sœur Laura et son frère Quentin, mais il devra se contenter de la deuxième place, derrière Quentin.

La première ligne de la finale est composée de Jérémie Buquet et de la famille Fouquet. Jérémie prend le meilleur départ, et à la fin du premier tour il précède Loïc Fouquet et Nicolas Jousserand, revenu de l’arrière. Loïc ne tarde pas à prendre le commandement de la course, pour le garder jusqu’à l’arrivée. Il l’emporte donc, avec Nicolas Jousserand sur ses talons. Plus loin, Albane Moreau et Christopher Rouyer savourent leur première finale. Ça aussi ça fait des souvenirs !

Entre temps, Alexandre Berrué avait abandonné, trahi par sa mécanique… Dommage aussi.



Enfin ! C’est reparti ! Première manche de la saison, mais également avant-dernière manche… Foutue crise sanitaire ! (*)

Une demi-portion de saison qui restera dans les esprits, surtout dans celui de Loïc Fouquet qui y remporte une belle victoire.

(*) Au moment où était écrit ce reportage, on ignorait que l'épreuve de Servilly, qui devait faire suite à celle de Sougy, allait être annulée à son tour. Cette fois, la crise sanitaire n’y est pour rien, c’est l’organisateur qui a jugé le nombre de pilotes inscrits insuffisant.

Une bonne cinquantaine d’entre eux avaient pourtant envoyé leur engagement, sans compter les pilotes de Fol-car. C’est regrettable, et on ne peut que féliciter Jean-Claude Painchault et son équipe de l’Écurie Orléans pour avoir mené à bien l’épreuve de Sougy.

Quentin Regnault s’impose dans la course consolante, devant son petit frère Valentin.

Alain Berry adore la piste de Sougy. On se souvient d’une année où il serait monté sur le podium, sans cette panne dans le dernier tour…

Une première finale pour Albane Moreau, on ne peut que s’en réjouir et lui en souhaiter d’autres.

Pierre Berthier, pilote régulier mais qui ne pourra pas faire mieux que dix-huitième cette fois.